préférence


préférence

préférence [ preferɑ̃s ] n. f.
preferance v. 1458; de préférer
1Jugement ou sentiment par lequel on place une personne, une chose au-dessus des autres; jugement plus favorable. Les préférences de chacun. « Sur quelque préférence une estime se fonde » (Molière). Vx « La noblesse est la préférence de l'honneur à l'intérêt » (Vauvenargues). Avoir une préférence marquée pour qqn, qqch. faiblesse, prédilection; affectionner, préférer. Témoigner une préférence à, pour qqn. Un père « ne doit point avoir de préférence dans la famille que Dieu lui donne » (Rousseau). Je n'ai pas de préférence : cela m'est égal. — Accorder, donner la préférence à qqn, qqch. : donner l'avantage dans une comparaison, un choix. ⇒ préférer.
Loc. adv. DE PRÉFÉRENCE; (vieilli) PAR PRÉFÉRENCE. plutôt. Choisir de préférence... Je fréquentais « les allées du Luxembourg, le matin de préférence » (Duhamel). Par ordre de préférence : en classant chaque chose selon ses préférences. — Loc. prép. De préférence à, par préférence à. 1. avant, plutôt (que). Prendre une chose de préférence à une autre.
2Le fait d'être préféré. Avoir, obtenir la préférence sur qqn : passer avant lui. « C'est un p'tit cordonnier qu'a eu la préférence » (chanson).
3Avantage consenti à une personne plutôt qu'aux autres. privilège. « Rancé ne s'accorda aucune des préférences de ses devanciers » (Chateaubriand). Je ne veux pas faire de préférences.
Écon. Réglementation du commerce extérieur plus favorable que le droit commun accordé aux produits provenant de certains pays ou groupes de pays. Préférence communautaire, applicable aux produits agricoles originaires de l'Union européenne.
Dr. Droit de préférence, qui permet à un créancier d'appréhender par préférence les biens de son débiteur et de s'en faire attribuer le prix.

préférence nom féminin Action de préférer quelqu'un ou quelque chose, de les considérer avec plus de faveur que d'autres ; sentiment de quelqu'un qui préfère quelque chose ou quelqu'un : Il a une nette préférence pour sa fille.préférence (expressions) nom féminin Avoir la préférence de quelqu'un, être préféré par lui : Parmi tous ceux qu'il a écrits, c'est ce roman qui a ma préférence. De préférence (à), plutôt (que) : Choisissez cette cravate de préférence aux autres. Donner la préférence à quelqu'un, à quelque chose, porter son choix sur eux. Droit de préférence, droit qui permet à un créancier d'être payé sur le prix de vente d'un bien par préférence à un autre créancier. Préférence douanière, accord bi- ou multilatéral par lequel des pays se consentent des droits de douane plus modérés que ceux qui figurent aux tarifs généraux. Préférence impériale, système économique et douanier par lequel la Grande-Bretagne accordait des tarifs préférentiels aux produits en provenance des pays du Commonwealth et obtenait de ces derniers des facilités pour l'exportation chez eux des produits britanniques. Préférences tarifaires généralisées, réductions ou exemptions de droits de douane assorties de contingents, portant sur les produits agricoles et industriels transformés, accordées par la Communauté économique européenne en faveur des exportations de certains pays. ● préférence (synonymes) nom féminin Action de préférer quelqu'un ou quelque chose, de les considérer avec...
Synonymes :
- goût
- prédilection

préférence
n. f.
d1./d Fait de préférer, sentiment d'une personne qui préfère une personne, une chose à une autre.
|| Loc. adv. De préférence: plutôt. Partez le matin de préférence.
d2./d Marque particulière d'affection, d'honneur; avantage accordé à qqn. Accorder ses préférences à qqn.
|| DR Avantage consistant pour un créancier à être payé avant un autre.
|| ECON Réglementation qui, dans le commerce extérieur, favorise certains pays.

⇒PRÉFÉRENCE, subst. fém.
I. A. —Jugement d'estime ou sentiment de prédilection par lequel on donne à une personne ou à une chose la prééminence sur une autre. L'abstention est un choix. Une préférence. Elle comporte un jugement général, rarement explicité sans doute, et la sélection d'une attitude définie (NIZAN, Chiens garde, 1932, p.81). La préférence, voilà. Mon père ne m'a pas préférée, et il n'a pas préféré Yves. Oh! il nous a aimés à sa façon. Mais ce qu'il a préféré, c'est Rose (DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1937, p.345):
1. Et comme celui qui n'est heureux qu'en gros et à condition d'effleurer devient soucieux dès qu'il approfondit son bonheur, celui qui croit choisir «sans raison» découvre des motifs à sa préférence pour peu qu'il l'analyse...
JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p.200.
1. [Préférence de qqn pour qqn] Préférence passionnée, sentimentale; avoir, avouer, témoigner une préférence marquée pour qqn. Mes quatre soeurs vivaient auprès de ma mère. Toutes les affections de celle-ci s'étaient concentrées dans son fils aîné (...) elle témoignait une préférence aveugle au jeune comte de Combourg (CHATEAUBR., Mém., t.1, 1848, p.32). Toutes mes préférences étaient nettement pour Foch, qui m'apparaissait comme le cerveau le meilleur et le mieux préparé aux études de tactique et de stratégie (JOFFRE, Mém., t.1, 1931, p.13):
2. ... je me disais comme autrefois certain de mes camarades de collège: «C'est vraiment la Berma que je mets en premier», tout en sentant confusément que le génie de la Berma n'était peut-être pas traduit très exactement par cette affirmation de ma préférence et de cette place de «première» décernée...
PROUST, Guermantes 1, 1920, p.52.
♦[En tour nég.] Mon père était donc professeur de septième (...). J'étais dans sa classe (...). Il fallait qu'il prouvât qu'il ne favorisait pas son fils, qu'il n'avait pas de préférence (VALLÈS, J. Vingtras, Enf., 1879, p.110).
P. méton., au plur.
♦Marques particulières d'attention, d'affection ou d'honneur données à une personne. Vous ambitionnez toujours les préférences (Ac.). J'aurois pu me croire la divinité de la maison. Tous les égards marqués, toutes les préférences délicates étoient pour moi; c'étoit à qui auroit le bonheur de me servir, à qui pourroit fixer mon attention (FIÉVÉE, Dot Suzette, 1798, p.131):
3. ... il n'a plus rien à faire (...) qu'à fomenter, dans toutes les classes de la société, le penchant à la vanité individuelle et le désir de briller. Pour cela, il lui suffit de multiplier les rangs, les titres, les préférences, les distinctions...
DESTUTT DE TR., Comment. sur Espr. des lois, 1807, p.37.
♦Personne que l'on préfère. Quelles seraient vos préférences? M. Mirevault? —Celui-là ou un autre, peu importe. Ils se valent tous (VOGÜÉ, Morts, 1899, p.165).
2. [Préférence (de qqn) pour qqc.] Préférence artistique, littéraire, politique; les préférences de qqn pour une couleur, un tissu, un modèle de voiture. En tant qu'homme, je suis libre penseur, et, si j'avais une préférence dogmatique, permettez-moi de vous dire, monsieur l'abbé, qu'elle serait en faveur de la réforme (A. FRANCE, Orme, 1897, p.81). Des ajustements qui impliquent la précellence reconnue à la vie contre l'enrichissement et la préférence accordée à l'être contre l'avoir (PERROUX, Écon. XXes., 1964, p.342):
4. Nous devons donc, avant tout, nous établir dans une complète indifférence à l'égard de toutes les choses créées (...) ne donnant pas (...) la préférence à la santé sur la maladie, aux richesses sur la pauvreté, à l'honneur sur l'humiliation, à une vie longue sur une vie courte.
ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p.142.
Donner la préférence à qqc. sur qqc. En pensant à la préférence que Platon donna toujours à l'intelligence sur nos autres facultés (LEROUX, Humanité, 1840, p.337). C'est à ce dernier, je crois, que je donne la préférence, sur tous les romans de Hardy (GIDE, Journal, 1943, p.202).
Expressions
Chacun sa préférence. J'ai deux cents francs dans ma poche, je t'ai dit, de quoi payer assez long de filet. Chacun sa préférence; et la mienne, c'est le filet (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p.204).
Par ordre de préférence. Je rêvais l'autre jour où j'aimerais passer le mois d'août. Par ordre de préférence. Je me disais: 1. Dans la ferme où est mariée et travaille Marie Aufils. 2. Chez Rivière, etc... (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1906, p.30).
Loc. adv.
Par préférence (vieilli). Le plus souvent, de manière privilégiée, en premier lieu. Claude Lorrain a choisi par préférence la lumière du soleil couchant pour éclairer ses paysages (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p.113):
5. Depuis long-temps je vais moins souvent à New-York; (...) je reçois, par préférence, ceux de mes amis qui ont des inclinations analogues aux goûts que cet honnête hollandais m'a inspirés.
CRÈVECOEUR, Voyage, t.3, 1801, p.309.
De préférence. Plutôt, préférablement. Puis elle faisait son choix. Elle prenait de préférence les hommes d'allure calme, comme elle, mais elle les voulait beaux (MAUPASS., Contes et nouv., t.1, Chambre, 1884, p.987). J'ai décidé de constituer au Tchad un groupe saharien motorisé (...): 100 camions de 3 tonnes, de préférence «Chevrolet» (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p.384).
Loc. prép. De préférence à. Plutôt que. Elle obtint d'abord (...) que Julien serait nommé garde d'honneur de préférence à cinq ou six jeunes gens (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p.99).
B.P. ext. Avantage consenti à une personne plutôt qu'aux autres. Accorder, obtenir la préférence. La Porte-Saint-Martin est venue me faire offre de jouer ma pièce (...). J'en ai prévenu Taylor (...); je lui ai déclaré que je donnerais la préférence au Théâtre-Français aux mêmes conditions (HUGO, Corresp., 1831, p.489). —Quelles que soient les offres que l'on vous fasse, monsieur, je vous demande la préférence. J'y ai quelques droits (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p.421):
6. J'ai, près du château, une petite coupe de bois que je n'ai pas vendue au marchand. C'est ma provision pour l'hiver prochain. Veux-tu l'entreprendre? Je te donne la préférence, parce que tu es un vieil ami de la maison.
R. BAZIN, Blé, 1907, p.11.
C.Spécialement
1. DR. Droit de préférence. ,,Droit pour le créancier hypothécaire d'être payé, par préférence aux autres créanciers, sur le prix de vente de l'immeuble qui lui a été donné en garantie`` (Nouv. rép. de dr., Paris, Dalloz, 1963, p.846). P. ext. Les conventions faites entre l'Odéon, un capitaliste et moi, ne me laissent que le droit de préférence à prix égal (BALZAC, Corresp., 1842, p.421). Ce qui caractérise les droits réels, c'est que, seuls, ils donnent naissance à un droit de préférence et de suite. Dans ce cas, le droit que j'ai sur la chose est exclusif de tout autre qui viendrait à l'établir après le mien (DURKHEIM, Divis. trav., 1893, p.84).
2. ÉCONOMIE
Préférence communautaire. ,,Principe de base des mécanismes de l'organisation des marchés des produits agricoles à l'intérieur de la C.E.E., les prix des produits devant être tels qu'ils soient suffisamment rémunérateurs pour les agriculteurs de la C.E.E. et qu'ils incitent les acheteurs à préférer ceux-ci à des vendeurs de pays tiers`` (Agric. 1977)
Préférence impériale. Accords économiques et commerciaux privilégiés qui ont été établis respectivement entre le Royaume-Uni et les pays ayant subi, à travers la colonisation, l'influence de la civilisation britannique. La moitié du commerce du Commonwealth (le tiers du commerce du monde libre) se fait «en famille». En outre, par la préférence douanière du Commonwealth (ex-préférence impériale), les pays membres s'accordent mutuellement diverses concessions dans leurs droits d'entrée. Cette préférence n'est pourtant pas uniforme (Encyclop. univ. t.3 1969, p.616).
Préférences douanières. ,,Faveurs tarifaires accordées à certaines marchandises d'un pays déterminé, par dérogation à la clause de la nation favorisée`` (CIDA 1973).
Préférences tarifaires généralisées. ,,Réductions ou exemptions de droits de douane assorties de contingents, portant sur les produits agricoles et industriels transformés, accordées en faveur des exportations de certains pays (notamment les pays en voie de développement)`` (GDEL).
Principe des préférences. ,,Principe consistant à admettre que, dans les relations commerciales entre les pays développés et les pays en voie de développement, les premiers doivent consentir aux seconds plus d'avantages que ceux-ci ne leur en accordent`` (Jur. 1981).
Préférence pour la liquidité. ,,Préférence que les individus sont censés avoir pour la monnaie`` (COTTA 1972).
Échelle de préférence. ,,Classement d'un ensemble de biens ou des besoins établi en fonction des goûts d'un individu`` (COTTA 1972).
Clause de préférence. ,,Clause d'un contrat d'édition selon laquelle l'auteur s'engage à confier ses prochains manuscrits (quatre au maximum après le premier) à l'éditeur de son premier ouvrage`` (Le Nouvel Observateur, 3 mai 1976, p.91, col. 1).
II. —Jeu de cartes ressemblant au piquet. Ces écrivains n'admettaient pas le caractère russe, qui est essentiellement asiatique (...) ils ressemblent à des joueurs de whist, qui ne concevant que le whist, se livreraient à des déclarations furibondes sur des gens qui joueraient la préférence, (jeu russe) ou le reversi (BALZAC, OEuvres div., t.3, 1847, p.654).
REM. Préféremment, adv. De préférence. J'ai du flair. D'abord, patron, je repère mes types. Les types à poules, préféremment (BERNANOS, Imposture, 1927, p.477).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: pre-; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist.1. a) Ca 1458 preferance «supériorité» (ARNOUL GREBAN, Mystère de la Passion, éd. O. Jodogne, 2067); b) 1469 ordre de preferance «liste de préséance» (Institution et Statuts de l'ordre de S. Michel, 1er août ds Ordonnances des rois de France, t.17, p.243); 2. a) 1559 [éd.] «avantage consenti à une personne plutôt qu'aux autres» (AMYOT, Vies des hommes illustres Grecs et Romains, Paris, M. de Vascosan, fol. 336 r°); b) ) 1624 terme de coutume «droit d'acheter ou de racheter un héritage accordé aux seigneurs ou aux héritiers directs» (Coutumes de Rousselare ds Nouv. Coutumier gén., éd. Ch. A. Bourdot de Richebourg, t.1, p.914); ) 1671 dr. (POMEY: J'useray de mon droit, qui est de donner la preference à celuy qui me paye le premier); 3. a) ) 1611 «jugement ou sentiment par lequel on place une personne (ou une chose) au-dessus des autres`` (COTGR.); ) 1648 par préférence à (LA ROCHEFOUCAULT, Lettre du 7 déc. ds OEuvres, éd. D. L. Gilbert et J. Gourdault, t.3, 1re partie, p.34); b) 1644 obtenir la préférence (CORNEILLE, Rodogune, I, 5 ds OEuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t.4, p.445, 363). Dér. de préférer; suff. -ence, v. -ance. Fréq. abs. littér.:1500. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 2451, b) 1413; XXes.: a) 1682, b) 2518.

préférence [pʀefeʀɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1361, « supériorité, haute qualité »; de préférer.
1 (1636). Jugement ou sentiment par lequel on place une personne, une chose au-dessus d'une autre, des autres ( Choix); jugement plus favorable. || Préférence qui est l'effet (cit. 2) d'une inclination, d'un goût, d'un jugement rationnel. || Les préférences de chacun (→ Gras, cit. 16). || « Sur quelque préférence une estime se fonde » (→ Estimer, cit. 13).Spécialt. || La notion de préférences nationales (préférences de structure), en économie politique. || « La noblesse est la préférence de l'honneur à l'intérêt » (Vauvenargues; → Noblesse, cit. 1). || Le péché (cit. 9), préférence de nous-mêmes à Dieu.Préférence d'une chose sur une autre (vx → Indécemment, cit. 1). || Préférence d'une chose à une autre. || Préférence pour une personne au préjudice d'une autre. Acception.
1 (…) l'amour véritable (…) ne saurait se prêter (…) à cette tranquillité, à cette froideur de l'âme, qui permet des comparaisons, qui souffre même des préférences.
Laclos, les Liaisons dangereuses, LXVIII.
Avoir une préférence marquée pour… (→ Itinérant, cit. 2). Faiblesse, faveur, prédilection; affectionner, préférer (→ Ménagement, cit. 3; opportunisme, cit. 2). || Témoigner une préférence aveugle, injuste à, pour quelqu'un. Favoritisme, partialité (→ Chérir, cit. 2).Je n'ai pas de préférence : cela m'est égal, indifférent.(Av. 1678). || Accorder, donner la préférence à : donner l'avantage, la supériorité dans une comparaison, un choix. Préférer (→ Gourmandise, cit. 3; inconstance, cit. 5; panthéon, cit. 2).
(1559). Marque particulière d'estime, d'affection donnée à qqn. || Faire des préférences entre plusieurs personnes. Distinction (I., 2.).Vx. || « La préférence que vous faisiez… d'une grive à ma fille » (Mme de Sévigné, 226, 6 déc. 1671).Donner la préférence à un fournisseur (lui accorder sa clientèle), à un postulant… Décider (se décider pour), favoriser.
2 Un père n'a point de choix et ne doit point avoir de préférence dans la famille que Dieu lui donne : tous ses enfants sont également ses enfants; il leur doit à tous les mêmes soins et la même tendresse.
Rousseau, Émile, I.
Loc. adv. Par préférence. Vx. — ☑ Mod. De préférence. Plutôt; → Logement, cit. 7. || Choisir de préférence… (→ Déportement, cit. 4).
3 Je fréquentais soit les petites rues de la Montagne Sainte-Geneviève, soit les allées du Luxembourg, le matin de préférence, quand le jardin désert semble une île silencieuse au sein de la ville convulsive.
G. Duhamel, Salavin, I, XVI.
(XXe). Par ordre de préférence : en classant, en ordonnant chaque chose selon ses préférences.
(Av. 1782). Loc. prép. De préférence, par préférence à… Avant (I., 2.), plutôt (que). || Prendre une chose de préférence à une autre. Choisir, option.
2 Le fait d'être préféré. || Avoir, obtenir la préférence sur qqn : passer avant lui (→ Indifférence, cit. 21, Corneille).
3 Avantage consenti à une personne plutôt qu'aux autres. Privilège. || S'accorder des préférences (→ Pitance, cit. 1).
(1690). Dr. || Droit de préférence, qui permet à un créancier d'être payé par préférence aux créanciers chirographaires (→ Gage, cit. 1). || Action de préférence.Dr. publ. || Système des préférences. Préférentiel (vote).
4 (1962). Système économique, commercial et douanier qui instaure des relations privilégiées entre certains pays.
DÉR. Préférentiel.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • preference — pref·er·ence / pre frəns, fə rəns/ n 1: the right to prior payment of a debt with preference over the creditors of the heirs or legatees Louisiana Civil Code 2: the transfer of an insolvent debtor s interest in property to a creditor for an… …   Law dictionary

  • Preference — (also called taste or penchant ) is a concept, used in the social sciences, particularly economics. It assumes a real or imagined choice between alternatives and the possibility of rank ordering of these alternatives, based on happiness,… …   Wikipedia

  • Preference — (fr., spr. Preferangs), Stichspiel, mit Deutscher Karte unter drei, gewöhnlich aber unter vier Personen, so daß der Geber beim Spiele nicht betheiligt ist, gespielt. Der Geber läßt zur rechten Hand abheben, legt die zwei obersten Blätter (Talon)… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Preference — Préférence Voir « préférence » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • preference — Preference. s. f. Choix que l on fait d une personne, d une chose plustost que d une autre. Preference certaine, incontestable. juste preference. demander, avoir, obtenir la preference. disputer, emporter la preference. donner la preference.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Preference — Pref er*ence, n. [Cf. F. pr[ e]f[ e]rence.] 1. The act of Preferring, or the state of being preferred; the setting of one thing before another; precedence; higher estimation; predilection; choice; also, the power or opportunity of choosing; as,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • preference — a payment by a debtor made during a specified period (90 days or one year) prior to the filing that favors one creditor over others. Preference payments can usually be recovered and returned to the debtor s estate (Glossary of Common Bankruptcy… …   Glossary of Bankruptcy

  • preference — [n1] first choice alternative, choice, cup of tea*, desire, druthers*, election, favorite, flash*, groove, inclination, option, partiality, pick, predilection, prepossession, propensity, say, say so*, selection, top, weakness; concepts 20,529,709 …   New thesaurus

  • preference — [pref′ər əns] n. [MFr préférence < ML praeferentia < L praeferens, prp. of praeferre, to PREFER] 1. a preferring or being preferred; greater liking 2. the right, power, or opportunity of prior choice or claim 3. something preferred; one s… …   English World dictionary

  • Préférence — (franz., spr. āngß , »Vorzug«), Kartenspiel zwischen drei Personen, das mit der deutschen Karte gespielt wird, und in dem die Mehrheit der Stiche den Gewinn entscheidet. Es hat seinen Namen von dem Vorzug, der darin einer Farbe vor der andern… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon